vapress
VA Press et éditions

Ludovic François, interviewé par le JDE à propos du Native Advertising




Extrait:

"Le Native Advertising est né d’un double constat. D’abord, la publicité traditionnelle sur le web fonctionne mal car elle est jugée intrusive par l’internaute et elle génère de ce fait peu de clics, quand elle n’est pas tout simplement ignorée ou bloquée par le navigateur. D’autre part, les médias online peinent à trouver un modèle économique rentable et les revenus générés par la publicité traditionnelle en ligne sont souvent dérisoires. C’est pourquoi, dès 2012, les grands médias américains (New York Times, Forbes, etc…) se sont mis à proposer sur leurs sites des contenus de marque intégrés « nativement », c’est-à-dire fidèles au contrat de lecture et se fondant totalement dans le contenu éditorial des sites.

(...)

Le Native Advertising intervient donc dans les phases d’acquisition et de fidélisation. Quand je parle de préempter des territoires web, il s’agit en fait pour les entreprises de proposer des contenus disponibles et bien référencés sur certaines combinaisons de mots-clés. Par exemple, une agence de voyage qui propose un article avec 10 conseils pour bien voyager au Vietnam a de fortes chances de toucher des prospects partant pour cette destination, et ce contenu va se référencer durablement. De la même manière, une marque de cosmétiques proposant des conseils pour se maquiller, sans parler spécifiquement de ses produits, touchera sa cible si ce contenu est référencé sur les mots-clés utilisés par sa cible."

Lire l'interview