vapress
VA Press Media Group

L’ASCENSION ET LA CHUTE DE BACHIR GEMAYEL


20,00 €




Les secrets de l’enlisement d’Israël dans le bourbier libanais
de Jacques NERIAH

1 vol 16 x 24
236 pages
Juillet 2019

De nombreux ouvrages ont été écrits sur la première guerre du Liban qui a éclaté en été 1982. « L’ascension et la chute de Bachir Gemayel – Les secrets de l’enlisement d’Israël dans le bourbier libanais » a vu le jour à la suite des critiques que cette guerre a soulevées en Israël et au-delà de ses frontières. Il traite principalement du personnage de Bachir Gemayel, commandant de la milice chrétienne et presque président et de son rôle dans la prise de position des chrétiens, leur influence sur l’état libanais et leur relation avec Israël.
Gemayel était un personnage charismatique. Il connaissait de près la classe dirigeante israélienne : le Premier ministre Begin, le ministre de la Défense Sharon, le chef d’Etat-Major Eitan (« Rafoul ») ainsi que nombre de généraux et autres officiers de Tsahal qu’il appelait par leurs prénoms. Certains étaient tombés sous son charme. Il réussit à entraîner à sa suite un nombre non négligeable d’Israéliens, parmi lesquels des hommes du « Mossad » qui l’admiraient.
Au cours des années qui ont précédé la première guerre du Liban, l’État d’Israël a porté une attention particulière aux différentes factions chrétiennes du Liban, et principalement à la communauté Maronite. Ce fort intérêt pour les chrétiens ne leur laissait que peu d’attention, voire pas du tout, pour les autres communautés ethniques et sectaires au Liban. Le manque d’informations relatives aux chiites du Liban ne concernait pas uniquement les services des renseignements israéliens. Les recherches académiques n’étaient pas non plus particulièrement fructueuses. À la veille de la première guerre du Liban, il existait peu d’études pouvant apporter un peu de lumière sur cette obscurité.
Israël s’est enfoncé dans le bourbier libanais pendant 18 ans et a mené une lutte désespérée contre le Hezbollah – milice chiite constituée par les iraniens sur le sol libanais. Après de longues effusions de sang, Israël a été forcé, sous la puissance des tirs du Hezbollah, de se retirer pour la première fois d’un territoire qu’il avait conquis à un pays arabe.