vapress
VA Press Media Group
Essais
1 2 3
24 produits sur 58 au total
LES GRANDES AFFAIRES D'ESPIONNAGE
Quand la réalité historique inspire le cinéma

de Joseph Laborde

«L’espionnage ne transforme pas fondamentalement le cours de l’Histoire ; mais il arrive qu’il en modifie profondément les péripéties.»

Quelle est la réalité historique derrière les grands films d’espionnage?

Quelle est la part de vérité au cœur des mythes qui nous font rêver?

Véritable anthologie où l’on retrouve un large éventail de films des années 60 à nos jours, ce livre rend aux espions leur part de réalité à la lumière de l’histoire et de l’actualité. Il dévoile leur secret, même si le mystère reste entier pour certains évènements et protagonistes.

De L’affaire Cicéron à The Ryan initiative, de la Guerre froide au démantèlement des réseaux terroristes, nous entrons par la porte du mythe dans le quotidien brut des agents du renseignement et dans les arcanes des services secrets du monde entier.

1 vol. 16 x 24
256 p.
Décembre 2020
24,00 €
GRETA A TUÉ EINSTEIN
de Jean-Paul Oury

L'écologisme n'est plus l'apanage d'une irréductible poignée de chevelus adeptes du potager bio.

À la faveur de l'urgence climatique, une jeune prophétesse incarnant l'idée universelle du Bien propage la vision messianique d'un avenir sombre. «There is no alternative » : l'heure de l'apocalypse écologique a sonné. La prosternation est notre seule voie de salut.

Ce totalitarisme mou, teinté d'anticapitalisme de combat, est érigé en système de pensée politique et morale au mépris des fondements de la raison cartésienne.

Dans son livre, Jean-Paul Oury décrit sans concession le cadre de croyance que nous impose la viralité d'une idéologie simpliste, manichéenne, et par conséquent redoutable.

Du bio à la voiture électrique, en passant par le nucléaire ou les OGM, l'auteur démonte méthodiquement le corpus de poncifs écologistes les plus clivants et les plus extrêmes dans l'espoir assumé de nous réconcilier avec la science, et de nous faire retrouver la foi dans le progrès technique.

Cet ouvrage est aussi le témoin d'une époque à laquelle penser librement, en marge d'une religion nourrie de fantasmes et de peurs, est devenu un acte de courage; et les voix scientifiques discordantes, des ennemis à abattre.

1 vol. 16 x 24
182 p.
décembre 2020
22,00 €
LE MONDE DES POSSIBLES
de Philippe Mocellin et Philippe Mottet

Comment réconcilier les peuples
avec la mondialisation ?

Cet essai déconstruit les grands mythes du « penser global », porteurs de faux espoirs. À savoir, cet ordonnancement du monde auquel nous aspirons et qui n’a jamais vraiment existé, les illusions d’une souveraineté européenne que nous recherchons en vain et, enfin, ce « mariage » impossible entre le capitalisme et l’écologie.
Les auteurs centrent leur propos sur un questionnement majeur : comment réconcilier les peuples avec la mondialisation ? Pour cela, l’ouvrage a l’ambition de décrire le monde des possibles, pour peu que nous reconnaissions la vitalité salutaire de ce qui constitue le socle de nos identités, le cadre rassurant d’États-nations au sein d’une Europe stratège ainsi que la nécessité de réinventer le capitalisme « citoyen » du XXIe siècle, fondé sur une réelle prise en compte du temps long.
Alors que la pandémie de coronavirus bouscule nos évidences, cet ouvrage vise à éclairer les lecteurs sur les défis majeurs qui s’imposent à toute l’humanité.
Au moment où les civilisations s’entrechoquent et face aux crises multiples qui traversent le monde, ce livre, dépassant en cela tous les lieux communs, propose de nouveaux horizons souhaitables.
Après la sidération, il porte un regard raisonné sur l’avenir de la mondialisation, bien au-delà des peurs, des doutes et des controverses confuses sur le « monde d’après ».

1 vol. 16 x 24
234 p.
Novembre 2020
25,00 €
TRUMP ET LES MEDIAS, L'ILLUSION D'UNE GUERRE
d'Alexis PICHARD

Depuis sa victoire en novembre 2016, le président américain Donald Trump livre une guerre quotidienne aux médias traditionnels qu’il a érigés en « ennemis du peuple ». Il ne cesse de les attaquer au fil de ses discours qui incitent ses électeurs à la violence physique, mais aussi sur Twitter dans des messages rageurs où il condamne leur supposée malhonnêteté. Trump dénigre et harcèle les journalistes, menace les rédactions de mesures de rétorsion, portant à croire que le premier amendement à la Constitution, qui garantit la liberté de la presse, est en sursis.
Pour autant, quatre ans plus tard, loin d’avoir été terrassés, les grands médias nationaux connaissent au contraire des records de ventes et d’audience en s’établissant comme gardiens de la liberté de la presse, argument éthique et commercial qui a trouvé un écho favorable parmi les opposants à Trump. Ils ont, en outre, renoué avec la tradition du journalisme d’investigation, mus par le devoir d’informer les citoyens dans une Amérique où le président est devenu le premier pourvoyeur de contre-vérités. Ces déconvenues apparaissent comme autant de défaites pour Trump et l’on peut alors se demander s’il n’aurait pas perdu la guerre qu’il a lui-même initiée.
Pour Alexis Pichard, l’ambition de l’actuel locataire de la Maison-Blanche ne serait pas tant de vaincre ceux qu’il appelle les « Médias Fake News », mais plutôt de maintenir l’illusion d’une guerre qu’il exploite habilement à des fins politiques et électorales. C’est là ce qu’il entend démontrer au fil d’une analyse d’ampleur qui apporte une compréhension précise des relations complexes et instrumentalisées entre Trump et les médias.

1 vol. 16 x 24
340 p.
septembre 2020
29,00 €
COVID 19. Quels enseignements, quelles pistes d'action ?
La crise Covid-19 dépassera, et de loin, les contours de l’épidémie elle-même. À l’heure où cet ouvrage est imprimé, l’épidémie s’éteint. La crise commence. Jamais une crise sanitaire n’aura suscité autant de polémiques, de discordes, de révélations, de mensonges, dont l’ultra-médiatisation aura parachevé l’outrance voire l’absurde.
Les errances, les dérapages, les égarements des scientifiques et de certains médecins et observateurs-commentateurs de tous bords auront des conséquences durables auprès de populations déjà gravement déstabilisées.
La psychose délibérément installée et entretenue fait faussement croire à une soumission acceptée de mesures coercitives qui font main basse sur les libertés fondamentales. La dictature du sanitaire triomphant est en marche.
Lorsque les comptes seront faits, avec honnêteté si cela est encore possible, il apparaîtra que les conséquences sanitaires collatérales de cette gestion « hors-sol » d’une maladie virale dont on ne niera pas les victimes et les douleurs seront paradoxalement considérablement plus importantes que celles de la virose elle-même.
L’avenir de notre santé est pourtant entre nos mains. Un des enseignements essentiels de cette crise est l’impérative nécessité de s’impliquer à titre individuel dans des stratégies actives de prévention. Cela est possible.

C’est aussi le message optimiste que ce livre tient à diffuser.
20,00 €
LA FIN DU FRANC CFA
de Loup VIALLET

Le franc CFA est en sursis. Pour ses nombreux détracteurs, ce pilier des relations franco-africaines postcoloniales est à la fois le symbole du néocolonialisme de la France en Afrique et l’une des principales entraves au développement des pays qui l’ont en partage.
Pourtant, si la Guinée-Conakry, la Mauritanie ou Madagascar ont choisi de sortir de la zone franc il y a plus d’un demi-siècle, le franc CFA a aussi suscité l’adhésion de nouveaux membres et les quinze États subsahariens qui le détiennent ne semblent pas encore prêts à l’abandonner.
Quant à l’influence politique et économique de la France parmi les pays de la zone franc, elle n’a jamais cessé de décroître depuis les débuts de la coopération monétaire. Ce qu’on appelait autrefois « le pré carré français » est désormais ouvert au monde entier et représente une part infime des intérêts économiques français sur le continent africain.
Ce livre met à jour les conséquences d’un abandon collectif du franc CFA sur les pays africains, sur leurs relations avec la France et avec le reste du monde. Il dévoile la vision mythologique des relations franco-africaines sur laquelle repose le discours décolonial et propose des solutions politiques réalistes afin de sortir la coopération monétaire franco-africaine de l’impasse dans laquelle elle se trouve.

1 vol. 16 x 24
250 p.
Octobre 2020
24,00 €
LE Ve EMPIRE ou la face obscure de l’exception française, T.1 Dans les ténèbres
Se présentant apparemment comme une grande démocratie comme les autres, la France cache aux yeux des observateurs une structure profonde verrouillée, dominée par des élites cooptées, un système économique sous la coupe d’un « complexe étatico-économique », où les entreprises privées ne peuvent survivre que dans la soumission ou la précarité, un système de pouvoir entièrement dominé par la fonction publique et où le droit lui-même, dans le foisonnement de normes devenues inconnaissables, génère le non-droit par l’insécurité juridique et favorise un arbitraire qui nous ramène au « bon plaisir ».
D’où une crise qui n’en finit pas et dont les vraies causes sont rarement mises en avant : crise de la motivation, crise de la responsabilité, dans le contexte de l’Etat-Providence, dont le sens réel est l’État-Dieu.

L’AUTEUR Yves LAISNÉ est docteur en droit, ancien enseignant-chercheur à l’Université, ancien auditeur de l’IHEDN, Jurisconsulte pour le droit français inscrit sur la liste du Kammergericht de Berlin, chef d’entreprises et auteur de plusieurs ouvrages juridiques.

49,00 €
LE Ve EMPIRE ou la face obscure de l’exception française, T. 2 Vers la lumière
Tous les constats qui précèdent ont une origine commune : le collectivisme, lequel suppose que la société n’est pas une somme d’individus, mais un être organique dont les individus ne sont qu’une parcelle composante. Cette vision, qualifiée « d’intérêt général » est commune aux tribus primitives, à l’Union soviétique, au IIIe Reich, au Japon actuel et… à l’Ancien Régime français. Depuis plus de 100 ans, la société française, de manière linéaire, quels que soient les gouvernements, tente de refermer la parenthèse individualiste des Lumières et du Code civil. Ce qui met la France en opposition fondamentale avec les évolutions profondes contenues dans une globalisation que les résistances locales ne pourront empêcher.
Il est possible de conjurer un destin funeste par un certain nombre de mesures simples.

L’AUTEUR Yves LAISNÉ est docteur en droit, ancien enseignant-chercheur à l’Université, ancien auditeur de l’IHEDN, Jurisconsulte pour le droit français inscrit sur la liste du Kammergericht de Berlin, chef d’entreprises et auteur de plusieurs ouvrages juridiques.
39,00 €
JUIFS DU LIBAN
D’ABRAHAM A NOS JOURS, HISTOIRE D'UNE COMMUNAUTÉ DISPARUE

de Nagi Gergi Zeïdan

Le livre de Nagi Gergi Zeïdan sur l’histoire des Juifs du Liban est une patiente collecte d’informations historiques sur une communauté libanaise qui a été très importante dans le développement du Liban et qui a malheureusement pratiquement disparu au 21e siècle. En 2020, cette ancienne communauté juive était réduite à 29 personnes.

Le but de ce livre est de sauvegarder les archives perdues, oubliées et ignorées sur leur présence historique au Liban.

À Sidon, se trouve la tombe de Zabulon, un des fils d’Israël (Jacob), ce qui prouve que cette communauté en terre libanaise existait déjà depuis des temps immémoriaux aux temps bibliques.

Dans les Évangiles, on lit que Jésus est passé avec sa mère à Sidon où il y avait un quartier juif avec sa synagogue et son cimetière, ce qui conforte, s’il était nécessaire, l’ancienneté de la présence des Juifs au Liban.

Ce livre, le premier du genre à effectuer des recherches aussi fouillées sur cette communauté, s’adresse à tous les publics soucieux de connaître leurs origines. Beaucoup de Libanais de la diaspora y retrouveront leurs racines et de nombreux souvenirs inédits.


1 vol.
310 pages
septembre 2020
30,00 €
LA CONJURATION BANCAIRE
Pour une refonte du système monétaire et bancaire

De Pierre-Henri Leroy

Dix ans après la crise financière, le système financier semble avoir retrouvé ses excès d’endettement et ses rémunérations record. La bourse et l’immobilier, dopés par des taux anormalement bas, même négatifs, voient cette euphorie accompagnée de commentaires inquiets sur la dette qui mènerait à une crise plus grave que celle de 2008. La sortie de crise a été financée par une création monétaire jamais vue qui a été pour partie détournée par des intérêts très privés, notamment via le quantitative easing, lequel encourage une concentration accrue et un grégarisme jamais vu via la gestion financière indexée. Pour l’auteur, la fin de la traditionnelle séparation des métiers financiers à la fin du XXe siècle a offert aux banques, en sus de la légitime et ancienne garantie des dépôts, le droit de faire tous les métiers en entrant librement dans tous les marchés. Ceci explique tout à la fois la puissance acquise de ces établissements, mais aussi leur fragilité et leur inefficacité du fait de la confusion interne qui en a résulté. Leur faveur logique pour les plus grosses opérations ajoutée à divers privilèges particuliers font aujourd’hui des banques des moteurs d’injustice, de cupidité et de délinquance non sanctionnée, avec les conséquences logiques pour la croissance et l’environnement.
Six préjudices peuvent être attribués au modèle de banque universelle : la gabegie d’argent public, la confusion interne, l’inefficacité de financement, l’iniquité dans les marchés, l’injustice de comportement et l’impunité personnelle. Et les diverses mesures prises, notamment en France, depuis la crise ont plutôt accentué ces défauts.
Un retour au système traditionnel de séparation capitalistique des métiers financiers en trois secteurs demeure possible : la banque de crédit et de dépôt devrait rester seules à bénéficier du privilège de garantie des dépôts, avec moins d’exigence de fonds permanents, mais sous l’interdiction de porter des actifs réels ou des actions, tout en restant actives dans les marchés de taux, de change et bien sûr de crédit. Les banques d’affaires, réglementées, seraient, elles, autorisées à négocier les actions et tous autres biens réels, en assurer le placement ferme, mais sans aucune garantie de l’État ni le droit de collecter les dépôts des particuliers. Enfin l’ensemble des autres métiers, gestion collective, assurance, immobilier, arbitrages divers, devraient être remis à la libre concurrence sans évidemment bénéficier de la garantie des dépôts. Ce débat original entre les partisans du régime de cumul des métiers et les partisans d’une vraie séparation bancaire est ici proposé, avec pour objectif de rétablir un financement plus efficace et plus juste, donc plus durable, de l’économie du monde.

1 vol. 17 x 25
350 pages
mars 2020
28,00 €
LA FACE CACHÉE DE L'IINTELLIGENCE ARTIFICIELLE
Quand la réalité dépasse la fiction

Boussad ADDAD

Il ne se passe pas un jour sans qu’un média aborde le sujet de l’intelligence artificielle, aussi appelée IA, pour parler d’une révolution qui bouleverse le quotidien et promet des miracles pour l’avenir des hommes. Si cela est souvent vrai, il ne concerne cependant que la face visible de l’IA. Accessible à tous, sans équations ni formules mathématiques, le présent ouvrage met au contraire le projecteur sur des facettes jamais explorées auparavant sur cette technologie. Il explique la géopolitique de l’IA dans le monde et éclaire sous un nouvel angle la guerre économique sino-américaine actuelle. C’est aussi une plongée, pour la première fois en France, dans le plus grand scandale politique de l’histoire contemporaine, l’affaire dite Cambridge Analytica, qui a vu l’élection surprise de Donald Trump ou encore le vote à la faveur du Brexit lors du referendum britannique. L’ouvrage montre ainsi comment la manipulation de l’opinion a grande échelle, en se basant sur des travaux scientifiques sérieux, est désormais possible grâce à deux ingrédients : les données et les algorithmes. Enfin, cet ouvrage met en exergue les applications les plus importantes de l’IA, qui ont parfois propulsé des entreprises vers des sommets de monopoles économiques et technologiques. C’est le cas notamment de la plus grande multinationale au monde dont presque personne n’a entendu parler et dont l’histoire est relatée en détail dans ce livre.

1 vol. 16 x 24
238 pages
mai 2020
28,00 €
FAKE NEWS, Manip, Infox et Infodémie en 2021
de François Bernard Huyghe

La lutte contre les fakes (infox)... mobilise presse, ONG, législateurs, grands du Net et internautes. Hier on rendait la manipulation responsable de votes irrationnels (Brexit, Trump..) et de pertes de confiance en la démocratie. Aujourd’hui une infodémie – fausses nouvelles, théories complotistes, désinformation d’État – accompagne la pandémie du coronavirus et le chaos qu’elle enclenche. Demain, la post-vérité ?
Peut-on mesurer l’impact de la falsification ? L’attribuer, la vaincre ? Elle ne passe pas que par les grands médias ; elle se démocratise avec les réseaux sociaux. Le fossé se creuse entre élites pour qui seuls les manipulés ou les délirants doutent de l’évidence des faits et populations (ou populistes) imperméables au discours d’en haut. Un affrontement international par manipulation de l’information se développe. Tandis que chacun trouve en ligne de quoi confirmer ses croyances.
Le livre pointe les causes technologiques, sociales, culturelles, idéologiques. Il explique les méthodes de repérage du faux, de vérification, de dénonciation et de contre. Il explique les idées et les termes (français et anglais) que nous utilisons. Il nous arme pour un de nos pires défis : falsification, doute et contrôle des esprits.

1 vol. 15 x 21
150 pages
mai 2020
15,00 €
LA SELFIE-DÉMOCRATIE
De la souveraineté nationale à la souveraineté numérique
de Jean-Marie Cotteret

La démocratie parlementaire traverse une période dangereuse. Elle est contestée, rejetée notamment sous forme de populisme et par voie de conséquence donne naissance à des régimes autoritaires. Il ne faut pas oublier que la démocratie représentative est un palliatif de la démocratie directe et toutes les difficultés qu’elle connaît repose sur cette ambiguïté structurelle.
Actuellement le développement des nouvelles technologies a à la fois augmenté l’hétérogénéité de la représentativité en facilitant une action directe sur le pouvoir politique. Le passage de la souveraineté nationale à la souveraineté numérique a aussi entraîné un changement de comportement du citoyen. À la culture de l’obéissance a succédé une culture de la honte. Dans la culture de la culpabilité, les comportements sont déterminés par l’imposition d’interdits. Dans la culture de la honte la conformation aux règles, obtient en proposant des modes de comportement positifs...
Ce livre est le résultat de nombreuses années de recherche sur la démocratie représentative dont les deux piliers restent la représentation et la représentativité.
La souveraineté nationale permet aux représentés de choisir leurs représentants à travers l’élection. Les partis politiques sont très vite apparus nécessaires pour assurer la cohérence du collège électoral. Mais leur fonction essentielle, c’est-à-dire rassembler, s’est transformée en dictature des ego, et le collège électoral n’a cessé de devenir de plus en plus hétérogène.
Aujourd’hui, grâce à des moyens technologiques nouveaux, la souveraineté numérique devient une quasi-démocratie directe, dans la conquête du pouvoir comme dans son exercice. Avec des inconvénients majeurs : la cohésion du corps social peut difficilement résulter de l’émotion voire des petites phrases (du président de la République). Et la confiscation de la souveraineté numérique par la diffusion de fausses nouvelles, au profit de l’État, conduit à la dictature (Chine).
La notion de représentation permet aux représentants de décider dans l’intérêt général. La représentativité assure aux citoyens la possibilité de défendre leurs intérêts particuliers.
Mélanger ces deux notions au sein d’une même assemblée conduit à un blocage.
Quels sont les moyens pour assurer l’adéquation entre représentants et représentés ? Tel est le propos de ce livre.

1 vol. 13,5 x 21,5
130 pages
mars 2020
20,00 €
LES SUPERPOUVOIRS DES ANIMAUX
de Jean-Baptiste GIRAUD

L’Homme est un intrus sur Terre, car son « règne », celui du fameux « homme moderne » apparu voici 10 000 ans, ne représente que 0,000 045 % de l’histoire de la planète bleue. Les animaux ont, en revanche, proliféré depuis leur apparition, voici 800 millions d’années. On décompte au moins 30 millions d’espèces, dont seulement 1,5 million ont été recensées et décrites par Homo Sapiens.

Autant dire que, dans le lot, les histoires abracadabrantesques ne manquent pas. Laissez-vous surprendre par ces animaux qui se reproduisent sans partenaire et ceux qui s’entre-dévorent pour la survie de l’espèce, ceux qui ont inventé le « Post-it », le camouflage ou le néon avant l’heure, et ceux qui résistent à cinquante fois l’explosion d’Hiroshima. L’espèce dominante a encore beaucoup à apprendre…

Ce livre vous compte quelques-unes de leurs histoires les plus insolites, les plus drôles ou les plus extraordinaires.

1 vol. 16 x 24
120 pages
Janvier 2020
15,00 €
LA SAGA DES AUDACIEUX
de Mathilde Aubinaud

16 x 21
100 p.
septembre 2019
15,00 €
1 2 3
24 produits sur 58 au total